Après le E-commerce et le M-commerce, voici le U-commerce!

Par le 2 juin 2010

Alors que le E-commerce a encore un potentiel de développement (il représente 4% de l’ensemble du commerce en France) et que le M-commerce trouve tout juste ses marques en France, le U-commerce fait déjà son apparition. Connu aussi sous les appellations Commerce ubiquitaire, Commerce universel ou U-Retail, il est porté par la technologie « sans contact » et l’Internet des Objets (IdO). Avec lui, la relation client va se trouver transformée et les modes de segmentation aussi.

Après le E-commerce et le M-commerce, voici le U-commerce!Le U-commerce, en quelques mots

L’expression « anywhere, anytime, any device », soit « partout, en tout lieu à tout moment », définit assez bien le U-commerce. Rendu possible par les évolutions technologiques et la convergence de plusieurs sytèmes, il intègre l’Internet des Objets et le futur du Web. Avec lui, se crée un autre mode de transaction et de relation commerciale qui ne passe plus par l’individu mais par les objets.

Le U-commerce, déjà bien implanté au Japon

Au japon, plusieurs expériences ont été menées. Ainsi, un service a été mis au point dans le domaine de la pharmacie: des puces RFID sur des boîtes de médicaments, d’une part et, de l’autre, un terminal sous la forme d’une montre; les deux objets communiquant entre eux, la montre indique à son propriétaire quel médicament prendre, en quelle quantité et à quelle heure. Autre expérience, à Ginza, quartier commerçant de Tokyo, plus de 10 000 marqueurs RFID ont été disséminés et permettent, en particulier, aux personnes non voyantes équipées d’une canne munie d’un lecteur, de se guider dans la ville.

Le projet « Lille Métropole ubiquitaire »

Depuis Janvier 2008, une expérience est réalisée à Lille, inspirée de « l’Ubiquitous Project » japonais. Un laboratoire du futur explore et expérimente des services basés sur les réseaux à distance et la technologie RFID. Ainsi, a été mis en place un service personnalisé sur mobile, qui permet au client, lorsqu’il entre dans le supermarché, de recevoir des informations sur les promotions et produits du point de vente.

Un exemple d’objet bavard: le Wattson

Depuis 2007, le wattson, qui se branche sur le compteur d’électricité, affiche la consommation d’électricité totale du foyer en temps réel. Il met en évidence les pointes de consommation ou les moments de la journée les plus gourmands en électricité.

Inventer une nouvelle relation avec le client

Les commerçants, distributeurs ou fabricants pourront interagir avec leur client en tout lieu, à tout moment et par tous les média, y compris les objets. La variété et la multiplicité des liens et des interactions entre les objets et entités vont générer un système tellement complexe que l’analyse des données se fera par une approche « bottom-up », « en partant du bas », et l’analyse linéaire ou chronologique devrait perdre son sens au profit d’une analyse contextuelle ou événementielle.

Des freins

Parmi les freins au développement du U-commerce, citons:

  • La nécessaire standardisation des différents sytèmes, notamment le système E.P.C.
  • Le débat sur la protection des données individuelles et personnelles.

Des avancées

Parmi les avancées, citons Sense Network, société qui a mis au point, début 2010, un système permettant de profiler tout possesseur de téléphone mobile sans le solliciter, simplement en se basant sur l’observation de ses déplacements. La plate-forme, capable d’intégrer n’importe quelle donnée et de croiser tout type d’informations, en déduit des profils. Par exemple, vous vous dépacez relativement vite, vous vous arrêtez dans un magasin de jeux vidéos, puis chez Quick: il y a de fortes chances que votre profil soit « jeune adulte ou ado ». Mais si vous vous arrêtez dans un salon de beauté, puis chez Marionnaud ou Séphora: il y a de fortes chance que votre profil soit: « féminin ». Sauf peut-être si c’est la veille de la fête des mères et en admettant que cette donnée soit prise en compte!

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Anne-Françoise Il y a 10 années

Un futur métier se profile « le profiler » mais en marketing cette fois -)
Anne-Françoise

Répondre
Avatar

Marie-Alice Boyé Il y a 10 années

Très intéressant – je ReTweet immédiatement 🙂

Répondre
Avatar

Nathalie Il y a 10 années

Merci du Tweet!

Répondre
Avatar

Jérôme Aubry Il y a 10 années

Très intéressant. Merci pour l’info Nathalie.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.